DE RETOUR AU PALAIS DES SPORTS DE PARIS EN LIVE à PARTIR DU 7 NOVEMBRE 2013

Partager
Photo chanteur Nathalia

Nathalia

interprète Solène

« C’est Bruno Berbérès qui m’a suggéré de participer au casting qui avait lieu sur Youtube »… Et c’est ainsi que Nathalia a été engagée pour faire partie de la troupe de 1789, Les Amants de la Bastille. Elle y tient un des rôles spécialement créés pour le spectacle, celui de Solène, la sœur de Ronan.
Nathalia suivait une formation professionnelle à la Music Academy International de Nancy. Pourtant elle n’est pas Lorraine, mais Toulonnaise : « Je n’ai pas grandi dans un univers musical : La musique était omniprésente, mais ma mère ne considerait pas qu'elle se suffisait a elle même ». Très tôt, elle fréquente des écoles où les cours de chant choral et de danse étaient obligatoires. Devenue soliste, elle chante aussi bien du gospel que du lyrique, du funk que de la soul. « Une chose était sûre, je voulais travailler dans le domaine des relations humaines, alors pourquoi pas l'artistique ! ». Elle apprend donc la musique, mais plus sur un plan pratique que théorique.
 
Arrivée à Paris, elle fréquente les milieux du jazz, donne des concerts « à droite, à gauche ». Et puis, elle part pour Nancy. Au bout d’un an, elle y décroche son diplôme avec mention. Elle n’a même pas eu le temps de mettre en pratique ses connaissances puisque les auditions pour le nouveau spectacle Attia/Cohen avaient déjà lieu.

Son personnage, est une composition à inventer de A à Z. Solène étant d’extraction modeste, elle s’est d’abord penchée sur les répercussions que la famine avait pu avoir sur le peuple, puis elle s’est imprégnée des grandes lignes du caractère de son héroïne telles qu’elles étaient dessinées dans le livret du spectacle : « C’est une battante, une femme de convictions, une féministe avant l’heure. Surtout, elle n’a pas peur. Mais elle dissimule sa fragilité derrière cet allure volontariste… Pour le coup, elle me ressemble. Je me retrouve pas mal en elle. Comme elle, je sais où il faut aller, peu importe comment on y va ».